Vous êtes ici

Un jeune enfant pourrait être comparé à un train ! Ses prédispositions génétiques, le hasard, l’ont mis sur des rails dans des conditions données, mais sa direction finale et la longueur de son voyage ne sont pas définis... Devant lui se présenteront, en fonction de ses conditions de vie et de ses prédispositions, de nombreux aiguillages qui pourront le détourner vers un voyage court ou long, calme ou agité, heureux ou difficile.

Par exemple la position de sommeil sur le ventre est une mauvaise direction à prendre, elle augmente le risque de mort subite… L’alimentation, l’heure et la manière de la proposer ont des conséquences sur l’avenir de l’enfant. Sa qualité et sa quantité peuvent l’emmener vers des déficits nutritionnels, les maladies cardio-vasculaires et l’obésité ou au contraire vers une santé meilleure. L’allaitement maternel est sans aucun doute un bon départ dans la vie, l’exposition à des substances chimiques une moins bonne idée... Par contre, faire de l’alimentation un enjeu de pouvoir oriente vers les troubles du comportement alimentaire.

L’éducation dès le plus jeune âge contribue à mettre des barrières et garde-fous et ainsi à structurer un futur adolescent…

Un autre exemple d’aiguillage est la mise au point et l’administration de nouveaux vaccins. Les gastro-entérites à Rotavirus sont responsables d’un grand nombre d’hospitalisations du nourrisson et de quelques décès. Actionner le levier de ces nouveaux vaccins supprimerait ce détour hasardeux…

Les professionnels de santé sont là pour aider parents et enfants à garder le bon cap, celui qui est reconnu scientifiquement comme favorable. Parmi eux, les pédiatres ont un rôle privilégié dans les soins aux enfants, mais cette profession vit une mutation : vont-ils disparaître ?

Pédiatres et médecins de famille connaissent la santé physique et mentale de l’enfant et maîtrisent ses aspects préventifs et curatifs, il est parfois difficile pour les parents de laisser leurs idées reçues pour suivre leurs conseils.

Voici le propos de ce premier numéro de « Magpatients Bébés », l’équipe de rédaction et moi-même vous souhaitons une bonne lecture.