Vous êtes ici

Le diabète de type 2, celui qui va nous intéresser ici, est un fléau en pleine expansion. Ceci est lié à l’évolution de notre vie : alimentation plus riche, dépenses physiques et caloriques moindres. Certains d’entre nous, ceux porteurs des « gènes du diabète » auront du mal à supporter ces évolutions. Ils grossiront plus facilement que les autres et verront leur pancréas s’abimer.

La prévention aura donc une place majeure et elle devra se focaliser sur les personnes à risque, c’est-à-dire les enfants de personnes diabétiques, encore capables de modifier leur mode de vie, avant que la maladie ne se soit installée.

Dans ce cadre les analyses génétiques pourront peut être contribuer à définir plus précisément les personnes à risque de diabète.

Heureusement, on dispose désormais de toute la panoplie nécessaire pour permettre aux personnes diabétiques de garder une bonne santé et d’éviter des complications autrefois inévitables.

La première condition est que la personne atteinte, apprenne très rapidement à bien connaître sa maladie et à en maitriser le traitement : les programmes d’éducation thérapeutique sont un atout important mais les patients eux-mêmes peuvent s’entraider. La maîtrise d’une alimentation saine et d’une vie physiquement active est la première étape. La prise en charge du patient dans un parcours de soins bien défini est la clé du succès. De ce fait, la prévention des complications sera assurée plus efficacement. Les résultats sont déjà tangibles au niveau national où l’étude ENTRED a montré une amélioration par rapport aux données épidémiologiques antérieures.

Des innovations thérapeutiques sont déjà disponibles, d’autres, annoncées paraissent très prometteuses, tels les GLP-1 d’action retard avec une injection par semaine. La chirurgie, elle pour une petite minorité de patients, a démontré des effets positifs surprenants. Ces améliorations des stratégies thérapeutiques, déjà présentes ou à venir, permettent ou permettront de se rapprocher au plus près de la normalisation des anomalies métaboliques du diabète de type 2.

Chez les personnes âgées les enjeux sont un peu différents : les problèmes des complications ne sont plus sur le devant de la scène. Il faut privilégier la sécurité et l’éviction du risque d’hypoglycémie et favoriser la qualité de vie.

Les perspectives nationales présentées par le diabète de type 2 sont ainsi contrastées : elles se partagent entre les craintes d’une épidémie mondiale qui galope et les perspectives passionnantes d’une prévention familiale ciblée, ou d’innovations thérapeutiques particulièrement efficaces.